Aller au contenu principal

Arts sonores

Arts sonores

L'art sonore est partout dans notre bâtiment

L'art sonore est partout dans notre bâtiment

L'art sonore est partout dans notre bâtiment
Depuis le 'Poème Électronique' (2003) et 'l’Annunciation' de Pavel Büchler nichés dans les plus hauts foyers du bâtiment aux cloches du carillon de 'Bellen Spel' sur le toit-terrasse, en passant par les installations interactives préférées du public, 'Kilo Ohm' et 'Omni' : l’art sonore est omniprésent au Concertgebouw. Grâce au Concertgebouw Circuit, le parcours proposé aux visiteurs, vous pouvez en outre entendre l’ensemble de la collection et même souvent la jouer ! De plus, avec le tout nouvel audioguide, vous ressentirez avec plus d’intensité encore les œuvres sonores du parcours.

Arts sonores dans la programmation

Si certaines installations sonores sont des éléments permanents de notre collection d’œuvres d’art, les installations ou projets temporaires illustrent avec virtuosité le caractère éphémère du genre. Ne manquez pas l’occasion de vivre ces moments!

Musique, danse et art sonore au Concertgebouw!

En octobre 2011, nous dévoilions la Sound Factory, un laboratoire d’art sonore situé au cinquième étage de la Tour de la Lanterne. Dix années plus tard, l’art sonore ne se crée plus exclusivement à 25 mètres au-dessus de la ville, mais hante gaiement l’ensemble du bâtiment et de notre programmation artistique. Le message est clair : le Concertgebouw ne repose plus uniquement sur les piliers de la musique et de la danse contemporaine, il repose aussi incontestablement sur le pilier de l’art sonore.

'Il est grand temps de passer à l’étape suivante et de faire de l’art sonore une discipline à part entière.'

Jeroen Vanacker

Des installations permanentes comme le Poème Électronique d’Edgar Varèse et la Sound Factory aux œuvres temporaires telles que le Motet à quarante voix de Janet Cardiff : depuis plus de dix ans déjà, l’art sonore joue un rôle prépondérant au Concertgebouw. Il est donc grand temps de passer à l’étape suivante et de faire de l’art sonore une discipline à part entière avec ses propres installations permanentes et temporaires, et un programme de participation diversifié. La créativité des artistes sonores inspire et incite à observer de manière plus précise le monde qui nous entoure. Le résultat : Happy new ears (merci, John Cage) !

— Jeroen Vanacker, directeur créatif

Des installations permanentes comme le Poème Électronique d’Edgar Varèse et la Sound Factory aux œuvres temporaires telles que le Motet à quarante voix de Janet Cardiff : depuis plus de dix ans déjà, l’art sonore joue un rôle prépondérant au Concertgebouw. Il est donc grand temps de passer à l’étape suivante et de faire de l’art sonore une discipline à part entière avec ses propres installations permanentes et temporaires, et un programme de participation diversifié. La créativité des artistes sonores inspire et incite à observer de manière plus précise le monde qui nous entoure. Le résultat : Happy new ears (merci, John Cage) !

— Jeroen Vanacker, directeur créatif